Onzième et douzième jour : Odaiba et la pluie

Le titre va pas forcément donner envie et effectivement ça va pas casser 3 pattes à un canard… Mardi matin, je me suis réveillé fatigué , ne sachant pas quoi faire, du coup j’ai petit déjeuné en regardant le film RED et comme j’avais sa suite à côté j’ai enchaîné, puis la faim m’a fait me préparer et sortir, je me suis donc dirigé vers l’île artificielle d’Odaiba sachant que j’y verrai au moins le gundam géant et que je pensais rédiger l’article précédent au Gundam Café.
En route donc pour moult trains jusqu’à chopper le Yurikamome qui est la première ligne de métro de Tokyo qui est entièrement automatique, autrement dit sans conducteur, et elle a aussi la particularité d’être entièrement aérienne.
Une fois arrivé faut se rendre à l’évidence c’est pas super attrayant Odaiba en fait, des énormes bâtiments commerciaux (dont 1 abritant le parc d’attraction intérieur Joypolis de Sega), le musée de la marine (en forme de bateau mais j’étais trop loin pour en faire une photo intéressante) et voilà, enfin du moins ce que j’ai pu en voir et qui m’a pas spécialement donné envie de rester plus longtemps.

image

wpid-dsc00736.jpg

image

image

wpid-dsc00739.jpg

image

et en guest star la réplique de la statue de la liberté :

image

J’ai parcouru un peu les bâtiments commerciaux, j’ai été boire un frappuccino aux cookies chez Starbucks en écrivant l’article précédent et je suis rentré à l’hôtel.

Pendant la nuit, avant que je m’endorme il s’est mis à pleuvoir et ça n’a pas arrêté jusqu’au lendemain vers 17h, ce qui fait qu’avec la fatigue qui s’accumule, j’ai passé mon mercredi dans ma chambre à regarder des films pour finir à 18h par sortir pour manger dans le quartier, je me suis engagé dans une rue que j’avais pas faite, et un établissement m’a semblé intéressant, bien qu’il y avait beaucoup de bouteilles et vitrine, avait l’air d’afficher des plats de poisson, mais la carte dehors était en japonais complètement du coup je suis rentré, c’était en fait un bar, qui servait juste 2-3 morceaux de poissons pour servir d’accompagnement à la boisson et j’ai passé la demi-heure la plus embarrassante de mon séjour, seul là dedans entre 4 yeux avec le serveur, qui parlait 3 mots d’anglais, avec mon saké (oui je croyais sur sa carte avoir commandé une bière, manque de pot, c’était du saké froid, dans une espèce de théière en métal froide pour garder le saké au frais et le plat de poisson qui d’après la photo avait l’air bon et grillé était en fait 5 sashimis de thon qui avait du être grillé aller-retour mais pas juste là et il était froid, sans oublier les pois gourmands (je crois) servi au préalable, en grignotage avec le saké, dans leur cosse, à écosser avant de les manger.
Avec le serveur au garde à vous à côté vu qu’il n’y avait personne, c’était assez pesant, j’étais tellement soulagé quand je suis sorti…

2 réflexions au sujet de « Onzième et douzième jour : Odaiba et la pluie »

Les commentaires sont fermés.