Quatorzième et dernier jour : Yoyogi et Meiji

Ça y est, c’est le dernier article, le dernier jour, j’ai quasi-fini ma valise hier soir, j’ai passé ma dernière nuit sur le futon, j’ai d’ailleurs eu du mal à trouver ma position c’était assez pénible. Réveillé tôt, 8h, je suis allé me doucher puis j’ai fini de plier bagages, d’ailleurs je suis actuellement à l’aéroport et je vois plein de gens ouvrir leur valise pour récupérer des choses ou y rajouter les dernier achats du jour et leurs valises sont si bien rangé que j’ai honte… Je suis sûr que si j’ouvre la mienne ya forcément des bricoles qui se barrent…
Après un petit déjeuner sur un « banc » j’ai pris le train en direction de la gare centrale d’où allait partir mon Narita express pour me rendre à l’aéroport ce soir. Une fois sur place, j’ai du faire 4 fois le tour de la gare avant de trouver un casier libre pour laisser la valise et le sac à dos pour la journée.

Je me suis ensuite dirigé vers la gare de Yoyogi pour finalement devoir remonter dans un train pour Harajuku car il s’avère que le parc Yoyogi est à côté de cette dernière, qui est plutôt sympa en plus.

image

Puis je suis rentré dans le parc

image

image

image

image

Les fûts de Saké emballés dans de la soie :

image

Les fûts de vins importés à l’époque où l’empereur voulait découvrir la culture occidentale :

image

image

J’ai avancé vers le sanctuaire Meiji par une allée bordée par une exposition :

image

Et je suis finalement rentré dans un petit jardin annexe dont l’entrée coûtait 500¥ mais ça valait le coup.
La maison du thé :

image

image

image

L’étang :

image

image

image

image

Les plantations

image

image

image

Le puit qui alimente les plantations et l’étang :

image

image

Puis je suis allé au sanctuaire Meiji :

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Je suis ensuite allé manger un ramen et je suis parti à l’aéroport où je suis arrivé vers 16h30.

Treizième jour : Tokyo Skytree et les jardins du palais impérial

Aujourd’hui tout n’est pas encore parfait niveau météo mais demain c’est le départ alors il faut aller voir ce que j’ai loupé et qui est relativement obligatoire : la Skytree et les jardins du palais !
Je commence donc par la Skytree car ça me permet globalement de faire un circuit pour y aller puis enchaîner sur les jardins.
Me voilà donc arrivé aux pieds de la grande tour que je voyais tous les jours en rentrant à l’hôtel :

image

Si on m’avait dit qu’il y aurait autant voir plus de queue pour acheter son billet pour monter en haut de la Skytree que pour faire une attraction Disney, je ne l’aurais pas cru, et pourtant, quand j’ai trouvé l’entrée 70 minutes d’attente étaient annoncées, puis il faut encore ensuite passer à la fouille des sacs et ensuite faire la queue pour être dispatché en groupes devant un des 4 ascenseurs qui monte au 350eme pour 2060 ¥, les ascenseurs sont un poil speed : 600m/minutes cependant ils accélèrent jusqu’à un peu plus du 250eme puis arrivent en douceur au 350eme.
Là, on peut commencer à shooter la vue depuis 350m de hauteur, cependant on peut encore monter plus haut, ce que j’ai fait, au 450eme, pour 1030 ¥ de plus.

image

image

image

image

image

puis je suis redescendu au 340eme pour voir le plancher de verre et redescendre tout en bas.

image

Pour trouver une tour cette fois ci dans le soleil :

image

Après avoir mangé, je me suis mis en route pour les jardins du palais et en arrivant c’était trempé au sol, j’ai eu la chance d’éviter la pluie et que ça tombe pendant mon trajet !
Cependant comme d’hab avec les jardins, je suis arrivé vers 15h45 et ça fermait à 17h… la faute au monde à la Skytree !

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Et voilà, mon dernier jour entier, touche à sa fin, il est bientôt 19h quand je fini cet article, je vais aller manger, puis rentrer jour au tetris avec tout ce que j’ai à caser dans ma valise. Demain je dis être à l’aéroport pour 19h histoire d’avoir le temps là bas de manger, poser mes valises, et attendre mon avion qui décolle à 22h30 !

Onzième et douzième jour : Odaiba et la pluie

Le titre va pas forcément donner envie et effectivement ça va pas casser 3 pattes à un canard… Mardi matin, je me suis réveillé fatigué , ne sachant pas quoi faire, du coup j’ai petit déjeuné en regardant le film RED et comme j’avais sa suite à côté j’ai enchaîné, puis la faim m’a fait me préparer et sortir, je me suis donc dirigé vers l’île artificielle d’Odaiba sachant que j’y verrai au moins le gundam géant et que je pensais rédiger l’article précédent au Gundam Café.
En route donc pour moult trains jusqu’à chopper le Yurikamome qui est la première ligne de métro de Tokyo qui est entièrement automatique, autrement dit sans conducteur, et elle a aussi la particularité d’être entièrement aérienne.
Une fois arrivé faut se rendre à l’évidence c’est pas super attrayant Odaiba en fait, des énormes bâtiments commerciaux (dont 1 abritant le parc d’attraction intérieur Joypolis de Sega), le musée de la marine (en forme de bateau mais j’étais trop loin pour en faire une photo intéressante) et voilà, enfin du moins ce que j’ai pu en voir et qui m’a pas spécialement donné envie de rester plus longtemps.

image

image

image

image

image

image

et en guest star la réplique de la statue de la liberté :

image

J’ai parcouru un peu les bâtiments commerciaux, j’ai été boire un frappuccino aux cookies chez Starbucks en écrivant l’article précédent et je suis rentré à l’hôtel.

Pendant la nuit, avant que je m’endorme il s’est mis à pleuvoir et ça n’a pas arrêté jusqu’au lendemain vers 17h, ce qui fait qu’avec la fatigue qui s’accumule, j’ai passé mon mercredi dans ma chambre à regarder des films pour finir à 18h par sortir pour manger dans le quartier, je me suis engagé dans une rue que j’avais pas faite, et un établissement m’a semblé intéressant, bien qu’il y avait beaucoup de bouteilles et vitrine, avait l’air d’afficher des plats de poisson, mais la carte dehors était en japonais complètement du coup je suis rentré, c’était en fait un bar, qui servait juste 2-3 morceaux de poissons pour servir d’accompagnement à la boisson et j’ai passé la demi-heure la plus embarrassante de mon séjour, seul là dedans entre 4 yeux avec le serveur, qui parlait 3 mots d’anglais, avec mon saké (oui je croyais sur sa carte avoir commandé une bière, manque de pot, c’était du saké froid, dans une espèce de théière en métal froide pour garder le saké au frais et le plat de poisson qui d’après la photo avait l’air bon et grillé était en fait 5 sashimis de thon qui avait du être grillé aller-retour mais pas juste là et il était froid, sans oublier les pois gourmands (je crois) servi au préalable, en grignotage avec le saké, dans leur cosse, à écosser avant de les manger.
Avec le serveur au garde à vous à côté vu qu’il n’y avait personne, c’était assez pesant, j’étais tellement soulagé quand je suis sorti…

Dixième jour : Jardin du Koishikawa Koraku-en et Tokyo Dome

Mon séjour à Kyoto se termine, j’aurai pas pu voir tout ce que je voulais mais j’aurai vu les 2 trucs principaux de ma liste (Kinkaku-Ji et Ryoan-Ji), en ce dixième jour c’est donc à nouveau shinkansen pour rentrer à Tokyo, étant réveillé tôt, je file assez rapidement de la guest house en direction de la gare et me mets rapidement en direction de Tokyo.
J’arrive à Tokyo vers 13h, je me dirige gentiment vers la gare de mon quartier, mange tranquillement dans le coin et je vérifie le site Web de l’hôtel pour voir les horaires de check-in.. encore une fois 16h… bon, c’est un grand hôtel (en taille) et la réception ne ferme que de 12h à 13h donc j’ai bon espoir de pouvoir avoir ma chambre, pouvoir prendre ma douche que je n’ai pu prendre avant de partir de Kyoto puisque pas de temps pour faire sécher ma serviette avant de devoir rendre la chambre. J’arrive à l’hôtel vers 14h30 et j’ai pu avoir ma chambre sans soucis.
Du coup, une fois installé et propre, je suis les conseils de ma maman qui m’a indiqué le jardin du Koishikawa Koraku-en comme destination, surtout qu’après avoir checké la carte le Tokyo Dome a été construit juste à côté et c’est l’endroit que m’avait indiqué Juliette (la française croisée au musée Ghibli) pour trouver des goodies Totoro pour mon futur neveu)
Évidemment j’arrive à l’opposé de l’entrée du jardin par la station que j’ai choisi et je suis obligé de faire le tour en longeant le mur d’enceinte du jardin :

image

J’arrive enfin à l’entrée après une 20aine de minutes de marche depuis ma station de métro, m’acquitte du ticket d’entrée avec lequel on me remet une brochure en français et je rentre dans le jardin :

image

Une partie sera malheureusement en travaux mais ça reste super sympa, par contre j’ suis arrivé entre 16h et 16h30 et le parc ferme à 17h je serai assez rapidement surpris par les annonces indiquant que le parc ferme et qu’il faut sortir, n’ayant pas vu les horaires, mais j’ai quand même pu faire quelques photos :

Ici l’entrée avec le Tokyo Dome en arrière plan

image

image

image

image

Les travaux de réfection d’un pont

image

Une sacrées carpes

image

La petite famille canard qui a décidé de se faire la malle du bon juste avant que j’arrive pour les prendre en photo

image

image

image

image

image

image

Les champs d’iris

image

image

Le pont du clair de lune si je ne me trompe pas (j’ai pas la brochure sous la main pour vérifier)

image

Les petits chemins par lesquels on peut faire le tour du jardin

image

image

Du coup vers 17h je suis sorti du jardin et j’ai continué à longer le mur d’enceinte dans la même direction pour espérer tomber sur une entrée du Tokyo Dome et de sa zone commerçante et d’attractions :

image

image

J’ai fait le tour des boutiques, trouvé quelques trucs Totoro pour le neveu puis je me suis dirigé vers le métro et étant fatigué j’ai décidé de me poser dans le premier truc que je croisais et c’est ainsi que je me suis retrouvé au pub, un truc tout à fait local où j’ai bu une pinte de Guiness en grignotant des onion rings. On fini donc par une photo du Dome de nuit et un petit clin d’oeil sur une pub pour un resto ;)

image

image

Neuvième jour : Repos et musée du manga

Premier article sans photos, j’espère le seul… Hier soir en rentrant j’ai donc badigeonné mes coups de soleil de crème nivea (c’est tout ce que j’ai réussi à trouver), désinfecté mes plaies et mis un pansement avec une sorte de gel sur mes pizzas au niveau de l’épaule et du genoux gauche, n’ayant rien pour mes doigts j’ai laissé tombé en attendant de voir aujourd’hui ce que ça allait donner et je suis aller manger un Coco Curry en le prenant plus épicé que la normale pour brûler de dehors et de dedans. Au moment de payer, grosse douleur au poignet gauche, je n’arrivais pas à sortir mon portefeuille de ma poché gauche… Pratique… Puis je suis rentré, j’ai regardé quelques Fringe et je me suis endormi, dans ma nouvelle chambre « Western Style » avec un  vrai lit.
Aujourd’hui je me suis levé tard vers 10h45, la douleur au poignet c’est heureusement grandement atténuée, je ne sens presque plus rien, sauf si je m’appuie dessus pour me lever pas exemple. Par contre contre mon annulaire et mon petit doigt gauche sont super gonflés, à moitié bleus et son du coup difficiles à plier ou à tendre, une belle petite entorse quoi…
Du coup, j’ai pris ma douche et j’ai larvé jusqu’à midi pour profiter de sortir manger et rédiger mes 2 premiers articles de la huitième journée.
Une fois ceci fait, je me suis dirigé vers le musée du manga que j’avais croisé la veille à vélo et qui se trouve à 2 stations de métro de ma guest house, malheureusement aucune photo n’est autorisé dans le musée à part aujourd’hui uniquement pour les participants au dimanche cosplay, du coup rien pour illustrer l’article, la face n’étant même pas notable depuis la route.
Le musée en lui même est en fait une bibliothèque géante avec je pense globalement tous les magasins existant tellement il y en a, il y a même une section internationale ce qui m’a permis de passer un bon moment à lire.
Il y a quand même une salle avec une expo sur l’histoire du manga et sa conception, on pouvait aussi se faire dessiner façon manga par un des jeunes auteur présent, mais la file d’attente était trop longue et surtout m’ayant déjà vu caricaturé et n’ayant pas aimé ça, j’ai pas voulu retenter l’expérience (si on ajoute à ça ma jolie teinte écrevisse …).
Suite à ça je me suis dirigé vers un starbucks lui aussi croisé le veille pour me rafraichir et ça m’a permis en chemin de trouver un grand magasin de médicaments où les vendeuses m’ont renseigné tant bien que mal pour me filer des espèces de compresses imbibées de produits, autocollantes à mettre sur mes doigts, j’espère que ça les fera dégonfler.
Demain, une autre journée peu intéressante qui sera en partie dans le train, j’essayerai de trouver un truc à faire en arrivant à Tokyo après avoir posé ma valise mais je ne garantie rien ;)

Huitième jour : Higashimukaikannonji

Si vous lisez ce titre à voix haute sans vous tromper, bravo ! Pour tout vous dire je n’avais aucune idée de comment ce lieux s’appelait, je l’ai trouvé sur mon chemin du retour et j’ai malheureusement arrêté avant la partie payante de la visite car j’avais un peu mal partout et encore 7-8km à faire pour arriver au loueur et trouver de quoi soigner mes blessures sur le trajet. Mais j’ai quand même fait quelques photos :

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Voilà, je pense qu’il y avait sûrement encore plein de trucs superbes à voir, vu que pour aller plus loin fallait payer, mais il fallait vraiment que je soigné une partie de mes blessures et mes coups de soleil qui allaient encore en prendre un coup avec le trajet restant.

Huitième jour : Ryoan-Ji

Deuxième étape de mon périple cycliste : le jardin de pierres zen du Ryoan-Ji, situé pas très loin du Kinkaku-Ji c’était la suite logique quand on regarde la carte !
Encore une fois on arrive dans un domaine plutôt étendu auquel on aura pas accès entièrement (normal) et dont le prix d’entrée est ici de 500¥ (à vos calculatrices :p )

image

D’ailleurs le toit à côté de la guérite est pas forcément accueillant :

image

Après une petite promenade dans la nature autour du lac qui était connu à l’époque pour ces canards mandarins (là j’en ai vu 4 au total) et qui est recouvert de beaucoup de jolis nénuphars :

image

image

il y a même des tortues :

image

Le chemin s’enfonce un peu plus dans les arbres et on croise différentes choses :

image

image

image

Puis on arrive à l’escalier qui mène au jardin de pierres zen

image

Ici on doit se déchausser à l’entrée pour ensuite se diriger sur la terrasse qui permet d’accéder au jardin, quelques chiffres : 200 mètres carrés, 15 énormes pierres, tout d’abord une maquette :

image

- Mais Sire vous n’aviez pas dit que ça faisait 200 mètres carrés ? C’est tout petit ça !
- Oui mais ça c’est une maquette …

Voici donc le jardin :

image

image

on peut ensuite faire le tour du bâtiment dont la terrasse donne sur le jardin

image

image

image

image

et on fini par tomber sur le Tsukubai :

image

Dont l’ouverture carré fait référence au kanji kuchi (qui a une forme de carré et qui signifie bouche). Un total de 4 kanjis sont disposés autour de cette bouche et forment la maxime zen : « Je connais seulement la satisfaction ».

J’ai ensuite mangé au restaurant qui se trouve sur place (cf instagram pour la photo du plat) un plateau énorme et super bon avec entre autre crevettes, aubergine et patate douce à la tempura.
Puis j’ai repris mon vélo direction à la base le pavillon d’argent mais le sort en a décidé autrement puisque je me suis cassé la gueule sur une bordure et j’ai du coup décidé d’écourter ma période sur roue en finissant tant bien que mal les 8-10km qui me séparaient du loueur de vélo, ce qui m’a pas empêché de faire une étape dans un autre sanctuaire qui fera l’objet du prochain article et dans diverses boutiques pour trouver pansements et crème après soleil.

Huitième jour : Kinkaku-ji

En ce huitième jour, j’avais planifié de louer un vélo et de faire un circuit dans Kyoto pour voir différents monuments notables de la ville, qui, ne le cachons pas, en est remplie.
Voici donc ma monture de la journée :

image

Un vélo électriquement assisté qui se révélera bien pratique ( rien qu’à voir comment c’était chiant quand j’oubliais de le réactiver après une visite)
Première étape du jour le Kinkaku-ji, ce nom ne vous dira probablement rien (sauf si vous êtes déjà venu) mais il est plus connu par chez nous sous le nom de pavillon d’or.
Tout d’abord il a fallu que je trouve le parking à vélo, pourtant pas mal indiqué dans un sens, mais manque de pot, moins bien dans lequel je suis arrivé…
Une fois mon vélo attaché et pris en photo, j’ai suivi le flot de visiteurs vers l’entrée :

image

Dès lors, quand on est rapproche de la guérite pour s’acquitter de son entrée (première surprise, je ne savais pas que c’était payant, mais la somme est dérisoire : 400¥ ( je vous laisse diviser par 120 pour le prix en euros) et on me remet mon billet d’entrée et un dépliant explicatif :

image

image

image

Ici, si j’ai bien suivi, pour 200¥ on peut sonner la cloche (ou le moine présent la fait sonner je suis pas sûr )

image

Puis on est dirigé autour du plan d’eau où se situe le Kinkaku-ji :

image

image

image

on dirait pas comme ça car j’ai plutôt bien réussi à me frayer un chemin mais tout le tour du plan d’eau c’est blindé de gens essayant de prendre des photos avec ou sans un membre de leur groupe dessus, bref mission impossible :D
Ensuite on fait un parcours dans le domaine qui mine de rien est assez étendu :

image

On passe par différents endroits, dont une source d’eau, des endroits d’offrandes je pense et des escaliers par où on a pas le droit d’aller.

image

image

image

image

puis on arrive à un lieu de prière où on peut acheter de l’encens ou des bougies, visiblement il faut allumer son ou ses bâtonnets d’encens prier devant l’autel, sonner la cloche, puis disposer ses bâtonnets fumants dans le réceptacle prévu et se purifier avec la fumée d’encens :

image

image

Je suis ensuite aller retrouver mon vélo pour me diriger vers la prochaine étape, qui fera l’objet d’un prochain article si je ne veux pas que certaines connexions Internet explosent en changeant l’article :)

Septième jour : Arrivée à Kyoto

En ce septième jour, la première épreuve a été de refaire la valise, réussir à tout faire rentrer pour pouvoir faire le trajet jusqu’à Kyoto, j’avais finalement pas envie de la laisser sur place, j’avais trop d’affaires à emmener vu que la guest house ne fournit pas de serviette par exemple, il me fallait fringues, trousse de toilette, serviette, ma peluche oreiller au cas où (mais finalement pas besoin, ils ont de bons oreillers ici), le blouson au cas où … etc, du coup j’ai préféré refaire la valise, ce qui n’a pas été une mince affaire, je pense que les 2 peluches oreillers passeront à la trappe au retour potentiellement.

Je me suis ensuite dirigé vers la gare pour prendre 2 trains pour aller jusqu’à la gare centrale de Tokyo où j’ai pu embarquer assez rapidement dans un Shinkansen pour Kyoto.

image

Désolé il était en train de partir celui là , j’ai fait ce que j’ai pu xD
Après 2h45 de trajet dans un train confortable (cf instagram) je suis arrivé en gare de Kyoto. Une station de métro plus loin, j’étais dans la rue de ma guest house.
Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on sent de suite qu’on est dans une plus petite ville, rien que par le monde dans le metro, les sorties de la station non équipées d’escalator, 1 seul guichet pour présenter son pass, le 2eme est équipé d’une caméra reliée au premier, 1 seule borne de recharge pour la Suica/Passmo, bref c’est le désert dans la station de métro.
Après être rentré dans le mauvais bâtiment, le charmant monsieur, qui n’est pas du tout mon hôtelier pour le coup, m’indique ma guest house qui me fera la bonne surprise d’avoir une réception fermée entre 12h et 16h, il est 14h environ, j’ai un sac à dos blindé, une sacoche photo et une énorme valise, que faire ? (et en plus pour rien vous cacher il fallait absolument que j’aille aux wc)
Un peu avant dans la rue j’avais vu un petit salon de thé ecolo vegan, ça fait un peu peur mais bon, je suis rentré accueilli par un charmant couple et j’ai pris au final 2 chaï froids et 1 petit cake vegan au noix et je me suis régalé en écrivant mon article d’hier et en attendant que mon hôtel soit dispo.
Après une rapide visite de la guest house, j’ai pu m’installer, faire moi même mon futon et je me suis posé une petite heure avant de ressortir pour découvrir le coin à la fraîche et en profiter pour manger sur le chemin du retour.

image

comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, la rue de ma guest house est une grande artère une peu bruyante, cette nuit j,avais un peu l’impression de dormir sur le trottoir mais bon, c’était confort donc j’ai fait abstraction.
Une fois cette artère quittée je me suis enfoncé dans les petites rues

image

où j’ai trouvé une petite boutique de thé tenue par une mamie et un papy qui m’a montré comment préparer le Sencha, c’était drôlement sympa, en plus avec mes achats il m’a fait des petits cadeaux et n’a pas arrêté de me remercier c’était vraiment cool.

image

image

image

image

Au centre de cette espèce de truc en fait il y a un récipient en fonte avec de l’eau chaude en permanence, il y a encore du charbon pour la deco et pour montrer comment ça marchait avant mais le monsieur m’a avoué que ça chauffait son eau à l’électricité :D
Je me suis ensuite encore baladé dans les rues jusqu’à retomber dans une grosse perpendiculaire à ma rue, où j’ai mangé un super plat à base de boeuf au barbecue (langue épicée, un autre morceau super tendre de ouf à manger juste avec un peu de sel et un morceau un peu plus basique à manger trempé dans une sauce spéciale, cf instagram pour la photo)
Puis je suis rentré dans ma piaule me reposer en prévision de ma journée vélo-temple d’aujourd’hui, qui ne fut pas de tout repos.

Sixième jour : Shinjuku again

En ce sixième jour, après avoir dormi jusqu’à 11h45, j’ai commencé la journée par la lessive grâce à la laverie de l’hôtel, pour 250¥ j’avais mon linge lavé et pour 2 X 100¥ j’avais mon linge sec ( une fois n’avait pas suffit), je connais pas le prix d’une laverie en France mais c’était plutôt pas mal et ici aucune crainte, je laissais tourner, pendant ce temps j’étais dans ma chambre 2 étages au dessous à regarder du Fringe en attendant le temps !

A 14h je ne savais du coup pas trop quoi faire, puis je me suis dit que je n’avais pas vu réellement Shinjuku vu qu’au final je n’avais été que dans l’immeuble du Disney Store et vue la taille du quartier et de la gare ( la plus grande de Tokyo si je ne me trompe pas) j’avais encore de quoi faire, dont la fameuse Omoide Yokocho (rue des Yakitori, Piss Alley, Memory Lane, sont les noms qu’on lui trouvera dans les guides ou sur le net), Bic Camera le grand magasin de photo (entre autre, car sur 6 étages ya bien d’autres choses) et simplement les grandes rues pleines d’enseignes de Shinjuku.

image

image

image

Omoide Yokocho où j’ai mangé un ensemble de Yakitori plutôt sympa :

image

Bic Camera, gardé à l’entrée principale un Lego géant :

image

et où on peut essayer un grand nombre d’objectifs en libre service tant qu’on a le boîtier :

image

et qui du coup m’a fait craquer pour le 50mm 1.8 pour Nex …
Puis la nuit a commencé à tomber :

image

image

J’ai tourné un peu beaucoup dans le quartier après avoir réfléchi que pour le moment je n’avais trouvé aucun magasin qui vendait du whisky Taketsuru ( ni même du whisky japonais tout court), première boutique, que j’ai eu du mal à trouver, la petite mamie était désolée de ne pas avoir ce que je cherchais, du coup j’ai du aller à l’opposé pour trouver un 2eme liquor store lui aussi tenu par une mamie ( l’alcool ça conserve ?) qui elle avait un large choix et j’ai pu me prendre une bouteille de Taketsuru 17 ans que j’avais beaucoup aimé.
Au détour de grandes tour d’affaire, en revenant de ce petit magasin je suis tombé sur un petit temple, mon premier en 1 semaine, mais je vais en bouffer pendant 4 jours à Kyoto :D

image

image

image

image

image

Puis je suis rentré les jambes commençaient déjà  à fatiguer, au final j’ai écris la partie 1 de Disney à MacDo et j’ai réussi à finir de l’uploader à l’hôtel car au bout d’1h ça ne voulait pas partir…

Tout et n'importe quoi